F.A.Q

 

 

 

 

Vous débutez avec les huiles essentielles ? N’hésitez pas à consulter et télécharger nos recommandations d’emploi


Généralités

Comment obtient-on une huile essentielle ?

Les huiles essentielles sont obtenues via la distillation d’une ou plusieurs parties d’une plante. La distillation correspond à un entrainement des molécules volatiles aromatiques de la plante grâce à de la vapeur d’eau. Les huiles essentielles d’agrumes font exception : elles sont majoritairement extraites mécaniquement par pression des écorces (zestes).

Que contiennent-elles ?

Les huiles essentielles sont des concentrés de molécules : de 100 à 250 composés en moyenne mais parfois plus de 450 composés sont dénombrés. Certains composés se retrouvent dans de nombreuses huiles essentielles à différentes concentrations, tandis que d’autres sont plus spécifiques à un type d’huile essentielle.
Différents facteurs influencent les compositions, tels que l’espèce, la partie distillée (plante entière, feuilles, fleurs…), l’origine (climat, composition des sols, altitude…) ou encore la période de récolte.
Ce sont ces variations de compositions qui confèrent à chaque huile essentielle des propriétés qui lui sont propres. Des huiles essentielles d’une même espèce peuvent ainsi avoir des compositions variables et donc des propriétés, usages mais aussi toxicités totalement différents. De ces variations découle la notion de chémotype (CT), comme le thym à thymol (Thymus vulgaris CT thymol) et le thym à linalol (Thymus vulgaris CT linalol), en fonction des molécules majoritaires et distinctives.

Comment conserver les huiles essentielles ?

Les huiles se conservent dans leur flacon d’origine, bien fermées, dans un endroit frais et sec à l’abris de la lumière. Conservez vos huiles essentielles en hauteur, hors de portée des enfants. Veillez à conserver l’emballage secondaire où se trouvent l’ensemble des informations propres au produit, il permettra également d’identifier l’huile essentielle en cas d’effacement des informations sur le flacon.

Quelle est l’équivalence entre nombre de gouttes et ml ?

En fonction de la température, de la viscosité de l’huile essentielle ou du fabricant, le bouchon codigoutte peut délivrer des gouttes plus ou moins grosses. Les mesures en gouttes sont donc approximatives mais sont toutefois pratiques. Il convient de se référer aux informations données par chaque laboratoire.
Exemple :
1ml = 30 gouttes Pranarôm
1ml = 31 gouttes Puressentiel
1ml = 35 gouttes Aroma-Zone

Qualité

Comment choisir une huile essentielle de qualité ?

Le premier indice est un étiquetage complet et précis : la mention du nom botanique de l’espèce en latin, de la partie de la plante distillée et du chémotype sur l’emballage peut être considéré comme un signe de qualité. On recherchera également la présence d’un numéro de lot, du lieu de production et des précautions d’emploi, conseils d’utilisation et posologies.
Les huiles essentielles doivent aussi être 100% pures et naturelles (sans ajout ou modification de la composition).
En outre, faire confiance à des grands laboratoires, c’est s’assurer que des contrôles qualité ont été effectués à chaque étape précédant la mise sur le marché.

Le label Bio est-il à privilégier ?

Un mode de culture biologique est aussi un gage de qualité, de part un cahier des charges très strictes, et doit être privilégié. Cependant, pour certaines huiles essentielles la labélisation est impossible, du fait de la cueillette de plantes sauvages ou d’une origine limitée à des pays où la certification bio n’existe pas. L’absence de certification n’est pas incompatible avec des produits d’excellente qualité.

Plusieurs labels coexistent, contrôlés par des organismes certificateurs externes, notamment :

  • Le label public français « AB » (Agriculture Biologique) et son homologue européen « Eurofeuille », pour tous les types d’huiles essentielles, sous contrôle de l’un des 9 organismes certificateurs agréés par le Ministère de l’Agriculture : Ecocert, Agrocert, Certipaq Bio, Bureau Veritas, Certisud, Certis, Bureau Alpes Contrôles, Qualisud, Biotek Agriculture.
  • Les labels privés « Cosmébio » et/ou « COSMOS », seulement pour les huiles essentielles cosmétiques
  • Les labels privés étrangers : BDIH en Allemagne, Soil Association en Angleterre ou encore ICEA en Italie

Que signifient HEBBD et HECT ?

Les termes HEBBD (Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie) et HECT (Huile Essentielle Chémotypée) correspondent à des mentions privées et commerciales. Créés par les fabricants pour se démarquer de la concurrence, ils relèvent de leur seule responsabilité et ne font pas l’objet de contrôles externes.

Est-ce que les huiles essentielles disponibles en pharmacie, en magasin bio et en grandes surfaces sont de qualités équivalentes ?

Quel que soit le circuit de distribution, les huiles essentielles doivent normalement répondre aux mêmes normes et exigences de qualité. Attention toutefois aux possibles contrefaçons dans certains canaux de vente tels que les marchés (Cf. Y a-t-il des risques de contrefaçons d’huiles essentielles ?).

Y a-t-il des risques de contrefaçons d’huiles essentielles ?

Les huiles essentielles sont des produits à forte valeur ajoutée : 1500€/L en moyenne et jusqu’à plus de 5000€/L pour l’immortelle et même plus de 26000€/L pour la rose de Damas.
Certains producteurs malhonnêtes peuvent ainsi être amenés à délibérément frelater leurs huiles essentielles afin d’en abaisser les coûts : dilution dans une huile végétale, ajout d’une autre huile essentielle au coût plus bas, ajout de molécules naturelles ou synthétiques identiques à celles en présence… Ces ajouts peuvent entrainer une modification des propriétés, une baisse de l’activité, voire augmenter la toxicité de l’huile essentielle.
Si ces adultérations sont bien réalisées, il peut être très difficile de les identifier, même pour les grands laboratoires qui disposent des méthodes analytiques les plus sophistiquées.
Pour éviter les contrefaçons, mieux vaut bannir les huiles essentielles à bas prix, vendues sur les marchés ou sur des sites de revente en ligne, et plutôt se fier aux grands noms du secteur qui assurent un maximum de suivi de la qualité sur toute la chaîne d’approvisionnement.

Quelle est la gamme moyenne des prix des huiles essentielles ?

Parmi les 20 huiles essentielles les plus vendues, pour un flocon de 10ml, les prix s’étalent de 2€ pour l’eucalyptus à 45€ pour l’immortelle. En moyenne, la gamme de prix se situe plutôt entre 4 et 6€.

Sécurité d’utilisation

Comment la sécurité des produits à base d’huiles essentielles est-elle établie ?

Le fabricant est tenu de pouvoir justifier de la sécurité de ses produits, conformément aux règlementations en vigueur.
Les laboratores assurent la sécurité des produits via un contrôle optimal de la qualité : conformité avec les standards de composition (normes ISO, Afnor), dosages des pesticides et autres contaminant, mesure des paramètres physicochimiques (densité, pouvoir rotatoire, indice de réfraction…), suivi de stabilité, contrôles organoleptiques (aspect, couleur, odeur)….
En outre, faire confiance à des grands laboratoires, c’est s’assurer que des contrôles qualité ont été effectués à chaque étape précédant la mise sur le marché.

Pourquoi y-a-t-il des pictogrammes de danger sur certaines huiles essentielles ?

Les huiles essentielles peuvent être mises sur le marché sous divers statuts : cosmétique, complément alimentaire, parfum d’ambiance… Par choix du fabricant ou lorsqu’aucun de ces statuts particuliers n’est possible, l’huile essentielle sera déclarée comme « ingrédient » ou « produit de consommation courante ». Le règlement CLP (en anglais : Classification, Labelling, Packaging) relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances chimiques et des mélanges, s’applique alors. Ce règlement impose l’étiquetage de pictogrammes relatifs aux dangers des substances
Les huiles essentielles sont des extraits de plantes très puissants car très concentrés en molécules actives. Les pictogrammes sont là pour informer des risques en cas de non-respect des précautions et recommandations d’emploi.
Deux huiles essentielles d’une même plante peuvent être mise sur le marché avec des statuts différents : si l’une des deux porte des pictogrammes mais l’autre non, cela ne veut pas dire pour autant qu’elle est moins « dangereuse ». Les mêmes précautions et recommandations sont à appliquer pour toutes les huiles essentielles afin de les utiliser en toute sécurité.

Quelles sont les contre-indications et huiles essentielles pour laquelle il faut avoir une vigilance particulière ?

Tous les utilisateurs doivent rester vigilants. Il convient de toujours réaliser un test préalable de la préparation dans le pli du coude 24h avant d’utiliser une huile essentielle. L’utilisation par des femmes enceintes ou allaitantes, des enfants de moins de 6 ans, des personnes à risque telles que les personnes épileptiques ou souffrant de troubles neurologiques graves, doit toujours se faire sous réserve d’un avis médical.

En outre :

• Certaines huiles essentielles peuvent être irritantes, notamment pour les peaux sensibles. Elles s’emploient toujours à de faibles concentrations diluées dans une huile végétale.
Huiles essentielles dermocaustiques :
Ajowan, Bay St-Thomas, Basilic sacré, Cannelle de Ceylan, Cannelle de Chine, Eucalyptus à cryptone, Girofle, Lemongrass, Litsée citronnée, Origan compact, Origan vulgaire, Sarriette des montagnes, Serpolet, Thym à thymol, Thym saturéoïdes.

• Certaines huiles sont photosensibilisantes. L’application ou la prise orale de ces huiles contenant des furocoumarines peut provoquer, sous exposition solaire, des réactions cutanées plus ou moins fortes (coups de soleil, brûlures…). Il faut éviter toute exposition au soleil durant les 8 à 12h suivant l’utilisation de ces huiles.
Huiles essentielles photosensibilisantes :
Angélique, Bergamote, Céleri, Citron, Citron vert, Khella, Livèche, Mandarine jaune, Mandarine rouge, Mandarine verte, Orange, Orange sanguine, Pamplemousse, Tagètes, Verveine citronnée.

• Certaines huiles essentielles sont particulièrement déconseillées chez les femmes enceintes et allaitantes, les enfants de moins de 6 ans, les personnes à risque telles que les personnes épileptiques ou souffrant de troubles neurologiques graves.
Huiles essentielles puissantes :
Achillée Millefeuille, Ahibero, Ajowan, Aneth, Anis vert, Basilic sacré, Bay St Thomas, Bois de Siam, Bouleau (jaune et noir), Cannelle de Ceylan (écorce et feuille), Cannelle de Chine, Carvi, Cèdre Atlas, Cèdre de l’Himalaya, Cumin, Curcuma, Cyprès de Provence / toujours vert, Estragon, Eucalyptus à cryptone, Eucalyptus globulus, Eucalyptus mentholé, Fenouil doux, Gaulthérie couchée, Gaulthérie odorante, Girofle (clou et feuille), Hélichryse italienne, Hysope couchée, Inule odorante, Khella, Lantana, Laurier noble, Lavande aspic, Lavandin (super et grosso), Menthe des champs, Menthe poivrée, Menthe verte, Muscade, Origan compact, Origan kaliteri, Origan vulgaire, Persil, Rhododendron, Romarin à cinéole, Romarin à camphre, Romarin à verbénone, Pin de Patagonie, Sarriette, Serpolet, Tagète, Tanaisie annuelle, Thym saturéoïdes, Thym à thymol.

• Certaines huiles essentielles sont déconseillées aux femmes ayant des antécédents de cancers hormono-dépendants (sein, ovaire, endomètre), aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans en raison de potentiels effets oestrogen-like.
Huiles essentielles ayant un potentiel effet oestrogen-like :
Anis vert, Camomille allemande, Carvi, Cyprès toujours vert / de Provence, Elémi, Fenouil doux, Genévrier, Lentisque pistachier, Niaouli, Patchouli, Romarin à verbénone, Sauge sclarée.

Source Aroma-Zone

Puis-je utiliser des huiles essentielles pures sur ma peau ?

Seulement à de rares exceptions, les huiles essentielles peuvent s’utiliser pures pour une application très localisée. Dans tous les cas, une dilution est à privilégier et à adapter en fonction des besoins et des huiles essentielles utilisées.

Quelles sont les précautions à prendre avec des huiles essentielles en diffusion ?

Il est préférable de ne pas diffuser d’huiles essentielles plus de 20 minutes d’affilée et jusqu’à 3 fois par jour maximum. Privilégiez un diffuseur électrique car les huiles essentielles ne sont pas chauffées et leur qualité est ainsi préservée. Certaines huiles essentielles sont contre-indiquées en diffusion, elles peuvent par exemple être irritantes pour les voies respiratoires (Cf Quelles sont les contre-indications et huiles essentielles pour laquelle il faut avoir une vigilance particulière ?). En outre, les mêmes précautions sont à appliquer que pour les autres types d’usages, notamment en présence d’enfants et/ou personnes à risques (allergiques, femmes enceintes, allaitantes…). L’utilisation de votre appareil ne doit pas remplacer une aération régulière de votre pièce.

Comment utiliser des huiles essentielles par voie orale ?

On trouve sur le marché des huiles essentielles encapsulées sous forme de compléments alimentaires. Cette solution facilite l’usage et permet de respecter plus aisément des doses prescrites. Certaines huiles essentielles unitaires se prêtent également à un usage oral sous réserve d’un avis médical. Pour cela, on conseille généralement la prise d’une à deux gouttes toujours diluées sur un comprimé neutre, dans une cuillère d’huile, de miel ou sur un morceau de sucre.
Attention :

  • Ne jamais diluer des huiles essentielles dans de l’eau ou toute autre boisson pour un usage par voie orale.
  • Toujours vérifier que l’usage par voie orale est possible.

Puis-je mettre des huiles essentielles dans l’eau du bain ?

Les huiles essentielles ne sont pas miscibles à l’eau : ajoutées dans l’eau du bain, elles ne se mélangeraient pas. L’usage d’un dispersant, type solubol, est nécessaire : pour un bain comptez 10 gouttes d’huiles essentielles mélangées à 40 gouttes de dispersant.

Y-a-t-il des contre-indications à l’utilisation d’huiles essentielles en parallèle d’un traitement médicamenteux ?

Les huiles essentielles sont actives sur le plan pharmacologique et peuvent interagir avec des traitements médicamenteux : addition ou synergie des effets mais aussi effets inverses et donc inhibition de l’action médicamenteuse.
La prise concomitante d’huiles essentielles et de médicaments doit se faire impérativement sous réserve d’un avis médical.

Les huiles essentielles sont-elles allergisantes ?

Les huiles essentielles peuvent contenir des allergènes en diverses proportions (linalol, géraniol, limonène…) capables de provoquer une réaction allergique chez un sujet préalablement sensibilisé.
Au même titre que pour toute autre allergie, ces substances sont à éviter seulement pour les personnes se sachant allergiques.

Les huiles essentielles sont-elles des perturbateurs endocriniens ?

L’interaction de certaines huiles essentielles avec le système endocrinien ne peut être niée. Certains végétaux dont sont issues les huiles essentielles peuvent être définis comme « actifs », ou « modulateurs » du système endocrinien, au même titre que le soja et ses dérivés qui contiennent des phytoestrogènes, ou encore comme certaines céréales, le café ou le thé. I
l est ainsi plus juste de définir les huiles essentielles comme des Substances Actives Endocrines (SAE) plutôt que comme des Perturbateurs Endocriniens (PE) car, à ce jour, aucune manifestation d’effets nocifs n’a été objectivée et ne fait l’objet d’un consensus.
Par mesure de précaution, les huiles essentielles sont déconseillées aux femmes ayant des antécédents de cancers hormono-dépendants (sein, ovaire, endomètre), aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants.

Les huiles essentielles sont-elles dangereuses pour l’environnement lorsqu’elles sont utilisées dans des produits ménagers ?

Les huiles essentielles sont des composés biodégradables et qui ne s’accumulent pas dans l’environnement, elles ne sont donc pas dangereuses. Cependant, on évitera leur utilisation dans produits ménagers seulement pour parfumer. En effet, les huiles essentielles sont précieuses, des kilos de plantes sont nécessaires à l’obtention de quelques millilitres. Elles doivent donc être utilisées à bon escient : limiter l’ajout d’huiles essentielles au strict nécessaire, éviter de les utiliser dans des produits rincés et privilégier par exemple leur usage dans un spray nettoyant avec des huiles essentielles aux propriétés antibactériennes.
Remarque :
Les huiles essentielles ne sont pas miscibles à l’eau : elles ne doivent jamais être mélangées dans de l’eau ou équivalent. L’usage d’un dispersant ou d’un tensioactif est nécessaire.

Quels sont les professionnels qui peuvent me renseigner sur l’usage des huiles essentielles ?

L’Aromathérapie ne fait pas parti du cursus classique des professionnels de santé mais de plus en plus de médecins et pharmaciens entreprennent d’eux même des formations complémentaires pour conseiller au mieux leurs patients et clients. N’hésitez pas à leur demander conseil. Pour un conseil poussé et personnalisé, l’idéal reste de consulter un aromathérapeute ou naturopathe.

Une huile essentielle, c’est un produit naturel, donc, ce n’est pas dangereux ?

Les huiles essentielles sont à manier avec précaution car très concentrées en principes actifs. L’usage des huiles essentiels peut être considéré comme sûr lorsque les précautions d’emploi du fabricant sont bien respectées.

Est-ce que les huiles essentielles sont dangereuses pour mon animal de compagnie ?

Il convient d’être prudent quant à l’utilisation des huiles essentielles chez les animaux. Leur métabolisme diffère de celui des humains et l’utilisation des huiles essentielles sur les animaux n’a été que peu étudiée pour l’instant.

Aromathérapie

Comment choisir les huiles essentielles qui conviennent à mes besoins, les mélanges possibles ? Où trouver des informations fiables sur les propriétés, les dosages, les utilisations… ?

A chaque besoin peuvent correspondre plusieurs huiles essentielles ou synergies. Faire l’acquisition d’un ouvrage de qualité d’un aromathérapeute reconnu peut être un bon point de départ. Evitez les blogs et autres sites internet tenus par des non-professionnels. Préférez demander conseil à un professionnel de santé : pharmacien, médecin, aromathérapeute, naturopathe…

Suggestions :
D. Baudoux, Guide pratique d’aromathérapie familiale et scientifique (prix moyen conseillé : 20€)
J-P. Zahalka, Dictionnaire complet d’aromathérapie (prix moyen conseillé : 25€)
D. Festy, Ma bible des huiles essentielles (prix moyen conseillé : 25€)
F. Couic Marinier, Le guide terre vivante des huiles essentielles (prix moyen conseillé : 30€)

Quelle est la dose maximale conseillée par jour ?

(Remarque : les préconisations suivantes sont données à titre indicatif pour un adulte. Il convient d’adapter les posologies à chaque usage et à chaque personne)
• Au total : Il faut veiller à ne pas excéder 20 gouttes par jour. Ce total comprend tous les usages, que ce soit par prise orale ou cutanée, dans des préparations maisons ou des produits cosmétiques qui en contiennent (compositions des crèmes visages, shampoings… à vérifier).

• Par voie orale : Il ne faut jamais dépasser les 10 gouttes par jour. On conseille la prise d’une goutte pour 25kg de poids 1 à 3 fois/jour au maximum et sans excéder 3 gouttes d’huile essentielle par prise.

• Par voie cutanée : Les huiles essentielles s’utilisent diluées (dans une huile végétale, une crème cosmétique neutre) à une concentration comprise entre 0,5 et 5% en fonction des usages. Le mélange pourra être utilisé à raison de 3 fois par jour pendant 3 jours.

• Par diffusion : Il est préférable de ne pas diffuser d’huiles essentielles plus de 20 minutes d’affilée et jusqu’à 3 fois par jour maximum.

Est-ce que l’efficacité des huiles essentielles est démontrée scientifiquement ?

Historiquement, les propriétés accordées aux huiles essentielles reposent sur des données d’usages traditionnels, puis, au fil des siècles, les chercheurs se sont attachés à apporter des preuves scientifiques. Aujourd’hui, de nombreuses données scientifiques et études cliniques sont disponibles, notamment sur les huiles essentielles les plus courantes : l’effet relaxant de la lavande ou antibactérien du tee tree ne sont plus à prouver ! Quant aux huiles essentielles les plus rares, elles recèlent encore de nombreux secret et devraient être le sujet de nouvelles études à l’avenir.

Dans un contexte épidémique, comment améliorer mes défenses immunitaires ?

Certaines huiles essentielles sont immunostimualantes : par divers mécanismes elles vont entrainer une augmentation du nombre de globules blancs et d’autres médiateurs qui assurent la défense immunitaire face aux agressions infectieuses.

Les huiles essentielles sont-elles efficaces contre les moustiques ?

Le Citriodiol, une molécule extraite de l’huile essentielle d’eucalyptus citronné, et le géraniol, extrait des huiles essentielles de palmarosa et citronelle, sont des répulsifs naturels ayant démontré leur efficacité.

Les huiles essentielles sont-elles indiquées en cas de problèmes d’anxiété, stress, insomnies ?

L’Aromathérapie est particulièrement recommandée en cas de problèmes d’anxiété, stress, ou insomnie. Relaxantes et calmantes, les huiles essentielles de petit grain bigarade et lavande officinale, par exemple, peuvent être utilisées en diffusion ou massage.

Quelle est la différence entre l'huile essentielle d'hélichryse italienne et celle d'hélichryse de Madagascar ? Pourquoi une telle différence de prix ?

L’hélichryse italienne (Helichrysum italicum var italicum) et l’Hélichryse de Madagascar (Helichrysum gymnocephalum) sont deux espèces de plantes différentes, et les huiles essentielles obtenues sont très différentes, aussi bien au niveau de la composition que des propriétés et indications ou encore de l’odeur. L’huile essentielle d’Hélichryse italienne a un prix plus élevé du fait du rendement de distillation très faible et de la rareté cette huile essentielle.

Vous n’avez pas trouvé la réponse à votre question ? Ecrivez-nous !